« Nous avons tout quitté pour te suivre » (Matthieu 19:27)

Suivre le Seigneur implique un mouvement continu qui évite de nous installer dans une stagnation préjudiciable. En suivant Jésus, jamais les disciples n’ont pu s’établir dans une routine religieuse ennuyeuse. Après avoir rencontré le Christ, ils ne sont jamais retournés à leur ancienne vie, même si, juste après la Croix, la tenta on de retourner en arrière fut grande pour les disciples, submergés par le chagrin et le découragement.

Au travers des âges, bien d’autres croyants ont dû aussi quitter un certain nombre de choses pour entrer dans leur destinée : Abraham, le père des croyants, a dû quitter sa patrie et sa sécurité pour prendre possession d’un nouveau pays (Genèse 12:1) ; Elisée, un emploi bien rémunéré, pour servir Elie et entrer dans une formation de prophète (1 Rois 19:20) ; David a dû quitter les plaines paisibles de Palestine pour affronter Goliath et devenir le futur roi d’Israël (1 Samuel 17:20) ; Josué, l’ombre de Moise, afin d’accomplir un leadership efficace et entraîner à sa suite le peuple de Dieu dans le pays promis (Josué 1:2) ; Pierre, la sécurité de la barque pour marcher sur les eaux avec Jésus et apprendre à dominer ses tempêtes (Matthieu 14:29).

Nous aussi, nous avons bien des choses « à quitter » pour accomplir notre destinée : le péché, le doute, la culpabilité, le passé, les traditions, les relations toxiques et parfois un statut, un lieu géographique, … en fait tout ce qui peut freiner notre marche en avant (Luc 14:26).

Tout quitter pour obéir à Dieu n’est sans doute pas facile, surtout lorsque nous sommes bien installés dans des habitudes et que Dieu ne nous révèle pas les prochaines étapes de notre parcours de vie. C’est sans doute en partie pour cela que le jeune homme riche n’a pas voulu tout vendre pour suivre le Seigneur (Matthieu 19:22).

N’oublions pas que le miracle et le surnaturel sont au rendez-vous de tout acte de foi ! Finalement, c’est derrière « la porte de l’obéissance » qu’il nous incombe de pousser, que se trouve notre lieu de bénédiction et de vie abondante.
Apprenons donc à tout quitter en obéissant aux Paroles de Jésus qui nous défient à vivre le surnaturel de la foi.
Alors avec courage et confiance, quittons tout « pays » de stérilité et entrons dans notre destinée sur les traces de ceux qui nous ont montré le chemin (Hébreux 12:1) !

Pasteur Yvan CASSAR