« J’ai un grand ouvrage à exécuter  » (Néhémie 6:3)

L’ouvrage en ce temps-là pour Néhémie consistait à reconstruire la muraille de Jérusalem qui avait été détruite par les ennemis du peuple juif. En effet Néhémie avait été profondément touché dans son cœur par la situation de son peuple en proie au malheur et à l’opprobre (Néhémie 1:4). Il demanda au roi Artaxerxès la possibilité de se rendre vers son peuple pour reconstruire la muraille et ses portes. Après accord, il rejoignit son peuple et se mit à l’œuvre. Aussitôt arrivé sur le chantier, les attaques de l’ennemi se manifestèrent. Comme Esdras, Néhémie a dû faire face au découragement, aux menaces, aux accusations et à la diversion. Mais devant chacune de ces adversités, Néhémie a su réagir de façon adéquate et courageuse.

Comme Néhémie, ayons donc conscience de l’ampleur de la tâche, en refusant de nous laisser distraire par les sollicitations réitérées des opposants à l’œuvre de Dieu. Si nous ne sommes pas en train de reconstruire la muraille de Jérusalem, nous sommes tous appelés à construire ou reconstruire des murs de protection autour de notre cœur d’enfant de Dieu. La muraille figure en quelque sorte la protection accrue que nous devons bâtir dans la prière persévérante, afin d’empêcher l’adversaire de s’infiltrer dans notre cœur et nos pensées. Satan s’introduit toujours de façon très subtile par des mensonges et de la séduction qu’il sait parfaitement manier (Proverbe 4:23).

En effet, dès l’aube de l’humanité, il a réussi à induire en tentation Adam et Eve et à briser ainsi leur communion avec Dieu.  Salomon écrira avec raison : « Comme une ville forcée et sans murailles, ainsi est l’homme qui n’est pas maître de lui-même » (Proverbes 25:28). Ainsi le manque de maîtrise de notre être (esprit, âme et corps) nous rend vulnérable. En ce qui concerne Néhémie, il a été particulièrement conscient de l’urgence de sa mission pour ne pas négocier avec l’adversaire qui cherchait à le détourner de son entreprise, par des entrevues et des menaces.

Comme Néhémie, ne perdons pas notre temps en prêtant le flanc au diable qui fait tout pour nous éloigner du plan de Dieu. Ne répondons pas non plus à ses sollicitations lorsqu’il nous propose de descendre dans « la vallée du compromis ». Soyons totalement engagés et consacrés dans l’œuvre de Dieu et envers le Dieu de l’œuvre.

Utilisons sans ménagement l’arme de la prière et la truelle du courage, car nous avons un grand ouvrage à exécuter !

Pasteur Yvan Cassar

Cliquez pour partager :