Le Psaume 45v1 nous rappelle l’importance de faire l’œuvre de Dieu, avec application et soin, pour que le Nom du Seigneur soit honoré au travers de la qualité de notre travail : mon œuvre est pour le Roi ! Servir Dieu, oui mais comment ?

Pour pouvoir accomplir l’œuvre du Seigneur, il est tout d’abord indispensable d’avoir expérimenté la grâce de Dieu dans nos vies. N’oublions jamais que nous ne sommes pas sauvés par les œuvres mais pour de bonnes œuvres que Dieu a préparées d’avance (Ephésiens 2v8, 9). Le salut par grâce est la porte d’entrée du service de Dieu. Pour servir Dieu, il est donc incontournable d’avoir expérimenté, avant toute chose, le salut et le relèvement de la part de notre Seigneur. Par exemple nous découvrons dans l’Evangile, qu’après avoir été guérie et sauvée par Jésus, la belle mère de Pierre se mit aussitôt à servir le Seigneur et ses disciples (Marc 1v31).

Ensuite pour servir Dieu correctement et durablement, il est tout aussi important de connaître notre appel. Trop d’entre nous se perdent dans toutes sortes d’activités qui n’ont rien à voir avec ce pour quoi nous avons été recréés en Jésus. La vie devient alors une vraie source de frustration voire un fardeau car nous n’avons été ni appelés, ni qualifiés pour ces activités dans lesquelles nous sommes engagés. Lorsque Dieu n’est pas dans un projet de vie, il est périlleux de vouloir l’entreprendre. Le risque est d’échouer et de se faire souffrir inutilement. Combien de croyants mal inspirés ont entrepris des projets personnels qui n’ont jamais été finis (Genèse 11v8) ? Dans ce cas, la seule chose à faire est de retrouver le bon chemin de la volonté parfaite de Dieu. Par contre si nous répondons à l’appel prévu par Dieu et que nous sommes dans le bon costume taillé pour nous, alors soyons assurés que nous pourrons compter sur l’assistance divine.

La troisième chose à faire pour bien servir Dieu consiste à demeurer dans une relation intime avec le Dieu que nous servons. Le service peut vite devenir une idole qui prend la place de Dieu. Nous avons besoin de garder les bonnes priorités dans nos cœurs pour que nous ne tombions pas dans l’esclavage de l’activisme. Nos activités ecclésiales ne doivent jamais se substituer à la communion avec Dieu. La bonne qualité de notre service dépendra toujours de la qualité de notre relation avec Lui. Le problème de Marthe n’était pas de servir Jésus et ses disciples mais la manière dont elle les servait. Marthe aurait dû tout simplement s’asseoir avec sa sœur aux pieds du Maître, avant de s’engager avec fébrilité dans le service. N’est-il pas formidable de servir Dieu dans la paix et la joie ?

Que Dieu nous aide à le servir de mieux en mieux et pour sa Gloire.

Pasteur Yvan Cassar

Cliquez pour partager :