« Je leur souriais quand ils perdaient courage » (Job 29 : 24)

Job exprime une vérité à la fois simple et profonde : il est tout à fait possible d’être une source d’encouragement pour notre prochain. Nul besoin de parler ou de faire quelque chose de spécial, si ce n’est de sourire.
En effet, par un sourire, je peux signaler bien des choses : l’accueil, l’ouverture, l’acceptation, la bienveillance, la fraternité et l’amour, exprimant ainsi le souhait d’aider, bénir et encourager. Que de visages fermés, de fronts plissés et d’yeux hagards dans notre société épuisée et avide d’encouragement.
Soyons heureux afin de communiquer ce que nous sommes en Jésus, car le monde a besoin de voir des croyants remplis d’une joie authentique. La vie avec un grand V, celle que Jésus nous a offerte, est suffisante pour chasser les nuages de la tristesse et du découragement. Elle est puissante, renouvelée et éternelle. Le Mont-blanc et l’Everest n’existeront plus alors que nous, nous vivrons encore dans la plénitude de sa gloire.
C’est à la portée de chacun de sourire, afin d’encourager notre prochain. Alors, ne nous en privons pas ! Je ne sais pas s’il existe une « journée du sourire », mais il serait bon de la décréter le dimanche, afin que la « Maison Ciel Ouvert » devienne la zone de la ville la plus encourageante, même si, ne l’oublions-pas, pleurer parfois, cela fait aussi du bien .

Pasteur Yvan CASSAR

Cliquez pour partager :