Je te montrerai la voie

Je te montrerai la voie

[Psaumes 32 : 8]

Nous avons tous été, dans notre parcours de vie, confrontés à des carrefours où la direction à prendre n’était pas simple. Des choix d’orientation difficiles peuvent nous plonger dans la confusion. Dans ces moments, toutes sortes de questions montent à notre esprit : que faire ? Où aller ? Vers qui me tourner ? Comment être sûr ? Nous cherchons alors souvent le conseil à droite et à gauche alors que le meilleur vient toujours d’en haut. Maintenant, bien entendu, on peut aussi être aidés par des bien-aimés qui possèdent en eux la sagesse de Dieu. Les carrefours de la vie seront toujours déterminants et il nous faut comprendre ce que nous devons faire dans ces moments…

La prière est le moyen par excellence qui nous met en contact avec Dieu (Luc 6 : 12). Face aux choix cruciaux de l’existence, on ne peut pas se tromper si l’on prend bien le temps de se placer à l’écoute de Dieu. Prier, c’est non seulement demander à Dieu mais aussi l’écouter. Sa voix tendre et douce s’adressera toujours à notre esprit pour nous dire : « voici le chemin ». Lorsque Jésus a dû choisir les douze apôtres, il a pris soin de prier toute la nuit avant de les appeler. Il ne devait pas se tromper dans ses choix. Ces hommes, excepté Judas, allaient devenir des instruments puissants entre les mains de Dieu et par le Saint-Esprit. Lorsque nous prenons du temps dans la prière, nous devenons plus sensibles au Saint-Esprit et nous aiguisons notre réflexion, notre discernement spirituel. Nous pouvons hélas toujours nous tromper mais la plupart du temps nous serons dirigés sur la bonne voie.

La Parole de Dieu est un guide sûr et fiable pour nous aiguiller comme il faut (Psaumes 119 : 9). Elle nous montre la voie de la sagesse et du succès. Elle possède des enseignements qui développent les principes indéfectibles du Royaume. Lorsque nous la méditons et que nous la pratiquons, alors elle nous guide vers le plan parfait de Dieu. Dieu parle par la Bible mais il parle aussi par les circonstances et la voix du Saint-Esprit dans notre cœur. Parfois il dit « oui », d’autres fois il dit « non » et d’autres fois encore, il dit « pas tout de suite ». Dans tous les cas, il répond par sa Parole si nous sommes ses enfants. La difficulté pour nous, c’est lorsqu’il dit « non » ! Dans ces moments-là on serait tentés de forcer le bras de Dieu mais attention danger ! Il est toujours dangereux de s’aventurer lorsque le feu est rouge ou lorsqu’il y a un sens interdit devant nous. Nous pourrions mettre notre vie et celle des autres en péril, rappelons-nous le cas de Jonas. Écoutons la Parole de Dieu et nous marcherons sûrement !

Pasteur Yvan Cassar

Dieu des vallées

Dieu des vallées

[1 Rois 20 : 28]

Cette expression évoque l’identité de notre Dieu. Les Syriens se trompaient lorsqu’ils disaient que Dieu était le Dieu des montagnes et non des vallées. La réalité est que notre Seigneur est aussi avec nous dans les moments « creux » de la vie. Ne pensons pas que Dieu soit avec nous uniquement sur les sommets du bonheur et du succès. Il est un Dieu « tout terrain », accompagnant fidèlement ses enfants en toutes circonstances et en tout temps.

Dans la vallée des térébinthes et de la peur (1 Samuel 17) : Goliath était depuis quarante jours en train d’effrayer et de paralyser les Hébreux. Son apparence était on ne peut plus intimidante. Le plus courageux des soldats tremblait de crainte en voyant et en entendant l’arrogance démoniaque de ce géant. Cet homme avait à lui seul réussi à maintenir de vaillants hommes en échec total. Personne n’osait se lever pour confronter ce « monstre » plein de muscles… jusqu’au jour où le jeune berger David arriva sur le champ de bataille. Sa réaction fut totalement différente en entendant le géant insulter l’armée de Dieu. Il se proposa d’aller combattre Goliath. Avec une fronde et cinq pierres choisies dans le torrent, David a eu raison de l’adversaire et le peuple fut délivré. David était libre de l’influence de la peur. Il avait l’Esprit de Dieu et par conséquent il n’avait pas en lui un esprit de crainte mais un esprit de force et de courage. Aujourd’hui, pour faire tomber le géant de la peur qui paralyse nos destinées, nous avons besoin de l’onction de Dieu qui nous donne force et courage.

Dans la vallée des ossements et du désespoir (Ezéchiel 37 : 11) : le prophète s’est retrouvé dans une vallée où régnait la mort et la désespérance. Il fut transporté de façon surnaturelle devant une multitude d’ossements complètement secs. La mort régnait partout autour de lui. Le spectacle devait être impressionnant. Ce cimetière en plein air représentait à l’époque l’état spirituel des Hébreux. Ils étaient morts spirituellement et vivaient dans les zones « basses » de la moralité. Il n’y avait aucune solution humaine. Mais Dieu va employer son serviteur pour prophétiser la vie par le Saint-Esprit. La vie va revenir dans ces corps morts. Dans la vallée du désespoir, notre solution se trouve dans la confession de la Parole de Dieu par le Saint-Esprit. Face au désespoir de la maladie, confessons les promesses de guérison divine ! Face au désespoir de notre situation familiale et financière, confessons aussi les promesses divines contenues dans la Parole. Nous verrons le miracle de Dieu si nous croyons à la puissance de sa Parole qui ne retourne pas à Lui sans effet. Dieu est notre espoir !

Pasteur Yvan Cassar

Merci pour la vie éternelle

Merci pour la vie éternelle

« Seigneur, c’est par tes bontés qu’on jouit de la vie, c’est par elles que je respire encore ; tu me rétablis, tu me rends à la vie » (Esaïe 38.16).

« Qu’est-ce que l’homme pour que tu te souviennes de lui ? Et le fils de l’homme pour que tu prennes garde à lui ? » (Psaume 8.5).

Le don de la vie est le résultat d’un acte d’amour particulier de Dieu qui crée l’être humain à sa ressemblance et qui, après l’avoir formé de la poussière, « souffle dans ses narines un souffle de vie » (Genèse 2.7). Ainsi, dès le départ, il existe une relation unique entre la vie divine et la vie humaine, si précieuse aux yeux du Créateur de toutes choses, que malgré le péché qui mène à la mort, vient offrir Jésus-Christ, le Fils bien-aimé, afin que « quiconque croit en lui, ne périsse pas mais qu’il ait la vie éternelle » (Jean 3.16).

La vie éternelle était dans le dessein initial de Dieu pour chaque être humain, cette relation d’amour permanente qui satisfait le cœur, source du vrai bonheur. Par Jésus, cette relation et ce bonheur sont rétablis : « Celui qui a le Fils a la vie », déclare l’apôtre Jean (1 Jean 5.12). C’est la vie éternelle.

Une vie qui agit en nous et au travers de nous par l’Esprit qui vient habiter en nous.

Une vie véritable à saisir pleinement par la foi (1 Tim.6.12).

Une vie à communiquer et à partager avec notre prochain, par la louange, l’annonce de la Bonne nouvelle, la prière.

Une vie abondante qui produit beaucoup de fruits (Jean 15 : 8 – 13) et qui les dispense sans compter.

Oh Éternel notre Seigneur, reconnaissance infinie pour la vie éternelle en Jésus-Christ !

 

Jean-Jacques TREZERES

La vallée de Baca

La vallée de Baca

[Psaumes 84 : 6-7]

Cette vallée signifie littéralement « la vallée des larmes ». Le croyant peut et va sans doute tôt ou tard traverser des périodes de larmes. La souffrance est inéluctable. Elle fait partie de la vie terrestre. Les larmes peuvent couler sur les joues des enfants de Dieu. Mais Dieu est le Dieu de toutes consolations. L’Ecriture Sainte révèle bon nombre de vallées que le croyant sera amené à traverser avec larmes. Dieu est aussi le Dieu des vallées et il souhaite nous aider à les traverser.

La vallée de l’ombre de la mort (Psaumes 23 : 4) : c’est sans doute la plus connue. Elle apparaît dans le Psaume 23 où le Seigneur est identifié comme le berger de nos âmes et de nos vies. C’est toujours très douloureux de perdre un être cher mais nous pouvons compter sur le Seigneur et sur sa grâce toujours suffisante pour nous consoler. La mort est une réalité inéluctable qu’il nous faudra affronter si le Seigneur tarde à revenir. Nous savons que seule la génération qui connaîtra l’enlèvement évitera la mort physique. Sachons aussi qu’il y a d’autres types de morts que nous expérimentons tout au long de cette vie et notamment la mort à nous-mêmes. Cette mort est aussi une source de larmes parfois, mais tellement nécessaire pour l’accomplissement des plans de Dieu pour nous. La mort de l’orgueil, de la jalousie, de l’amertume, de la colère et de l’impureté est indispensable pour que la vie de Christ se manifeste pleinement en nous et au travers de nous…

La vallée de la tentation (Genèse 14 : 17) : dans cette vallée, Abraham fut tenté par le roi de Sodome. Ce mauvais roi voulait enrichir Abraham mais ce dernier refusa de recevoir quoi que ce soit de la part de cet homme, pas même un fil (Genèse 14 : 23). Abraham ne souhaitait pas avoir de communion avec ce roi impur. Ce roi est une image de l’ennemi de nos âmes qui souhaite nous entraîner à aimer le péché plus que Dieu. Nous devons être intraitables et radicaux face à ses propositions sournoises. Il n’y a rien de bon qui puisse venir de Satan. Il est un menteur depuis le commencement. Lorsqu’il vous dit de voler, mentir, critiquer, de vous venger et nuire à votre prochain, repoussez ses suggestions avec vigueur. Notre Dieu est l’amour et la paix. Nous devons ne laisser aucune emprise à l’ennemi sur nos âmes. Si nous résistons au Diable, il fuira loin de nous, c’est promis ! Dieu viendra nous bénir à la sortie de cette vallée et de ce désert de chagrin. Le meilleur est à venir et sa force est à notre disposition en ce jour pour tout supporter…

Pasteur Yvan Cassar

Que la grâce et la paix vous soient données

Que la grâce et la paix vous soient données

[1 Corinthiens 1:3]

Cette formule introductive dans plusieurs des lettres de l’apôtre Paul est bien plus qu’une simple formule de politesse. Nous savons qu’il y a dans la vie des choses nuisibles, secondaires et prioritaires. La grâce et la paix font partie de ces choses indispensables à la vie, au bonheur et à l’épanouissement de nos âmes. En souhaitant la grâce et la paix, Paul exprime le désir de Dieu pour chacun. La grâce et la paix sont des bénédictions que Dieu désire déverser dans nos vies. Chaque jour nous avons besoin de grâce et de paix…

La grâce est la source de notre salut. Elle est la clé qui ouvre la porte de toutes les bénédictions. Tout est grâce dans la vie chrétienne. Sans la grâce, nous sommes perdus et vaincus par nos ennemis (la chair, le monde et le Diable). Le salut de nos âmes est avant tout le résultat de la grâce qui est en Jésus. Par sa mort et sa résurrection nous recevons la grâce du pardon de nos péchés. La grâce nous lave et nous purifie de tout péché passé et présent. La grâce brise aussi l’action du mal dans notre vie. Nous pouvons également recevoir par la grâce la guérison de toutes nos maladies. Tout comme le péché, la maladie a été vaincue à la croix du calvaire. Il nous suffit de placer notre foi en l’oeuvre de la croix et de nous attendre à lui patiemment.

La paix est aussi un don de Dieu pour nos coeurs. Dans un monde de plus en plus troublé, il est urgent de revenir aux pieds de celui qui seul peut nous donner la paix. Cette paix n’a rien a voir avec une vie exempte de tumulte. Elle est le résultat de notre communion permanente avec Dieu. Elle est donnée à ceux qui s’appuient sur le Seigneur chaque jour dans la prière. Surtout ne délaissons jamais le terrain de la prière. Veillons à ne pas être trop occupés pour ne pas prier. C’est en s’approchant de Dieu régulièrement dans la prière que nous goûtons aux bienfaits de sa présence qui nous donne la paix. La paix de Dieu améliore grandement la qualité de notre vie. Jésus dit : « je vous donne ma paix » (Jean 14 : 27). Recevons son cadeau et détendons-nous dans la foi. Le Seigneur est au contrôle de toutes choses, y compris de ces situations qui nous échappent et voudraient nous effrayer… Dieu règne encore et toujours, soyons sereins !

Pasteur Yvan Cassar

Ses compassions se renouvellent chaque matin

Ses compassions se renouvellent chaque matin

[Lamentations 3 : 23]

Chaque matin Dieu exerce sa compassion envers les hommes. Dieu est disposé chaque jour à faire du bien à l’être humain. Il n’y a pas un jour depuis l’aube de l’humanité où Dieu a cessé d’être miséricordieux et bon. Dieu est bon en tout temps ! Nous pouvons avoir une image faussée de qui est Dieu. Nous pouvons voir en Lui un Dieu sévère et courroucé mais il n’en est rien. Et lorsqu’il se met en colère, l’Ecriture dit que celle-ci est éphémère tandis que sa grâce est permanente (Psaumes 30 : 5).

Dieu renouvelle ses compassions pour nous guérir. Il y a bien des choses qui peuvent nous blesser, nous briser et nous affecter : la déception par exemple rend le cœur malade. Il y a bien des virus aussi qui peuvent nous atteindre et nous nuire. Un petit virus peut nous conduire vers la mort hélas. Des petites choses, comme l’amertume, peuvent avoir de grandes conséquences. Le diable se cache dans les détails, ne l’oublions pas. Ayons les yeux ouverts, rien n’est anodin. La maladie peut nous « coucher » mais si nous parlons à Jésus comme les disciples l’ont fait pour la belle-mère de Pierre, alors nous pouvons compter sur le Seigneur de la même manière (Marc 1 : 30). Jésus-Christ est le même hier, aujourd’hui et éternellement. Jésus guérit encore aujourd’hui et il peut le faire pour nous, si nous le croyons et nous le lui demandons simplement. Prier c’est parler à Dieu avec son cœur !

Dieu renouvelle ses compassions pour nous ouvrir de nouvelles portes. La vie est faite d’opportunités. On a parfois eu l’impression d’être passés à côté de certaines choses pour nos vies. Mais chaque jour est une opportunité à saisir. La vie permet de belles rencontres, ne les manquons pas. Elle est également faite de moments précieux avec des amis, des frères et sœurs, la famille et les enfants. Tout ce monde est autour de nous pour être aimé par nous. N’hésitons pas à saisir chaque occasion pour dire aux gens qui nous entourent combien nous les aimons et combien ils sont précieux pour nous. Parfois certaines relations sont comme des portes qui se ferment mais ne passons pas notre vie devant des portes closes. Certaines personnes ne vous apprécient pas. Faites comme David qui s’est détourné de ses frères sans chercher à les blâmer (1 Samuel 17 : 30). Il y a quelque part des gens qui reconnaîtront en vous ce que Dieu vous a donné. Ils sont vos portes ouvertes…

Pasteur Yvan Cassar