Imagine qu’un jour tu te lèves le matin comme un illustre inconnu et que le soir tu te couches comme un héros national ! C’est ce qui est arrivé à David et en voici le chemin…

David nous enseigne une immense leçon d’humilité. En effet David a été oint comme futur roi mais pour autant il a gardé un cœur de serviteur. Après avoir été choisi par Dieu pour être le futur roi d’Israël, il est retourné s’occuper du troupeau de son père à l’abri des regards. Ses frères étant à la guerre avec Saül, son père Isaï décide alors de l’envoyer vers ses frères avec des victuailles pour ravitailler la fratrie. C’est en simple coursier que David s’est retrouvé sur le champ de bataille. Il n’est pas allé en combattant ou en tueur de géant mais en simple coursier au service de ses frères. Il a été fidèle dans les petites choses et Dieu lui en a confié de plus grandes. A ce stade beaucoup de potentiels tueurs de géant ont échoué car ils n’accepteraient pas les petites tâches et commandements de leur hiérarchie. D’ailleurs le mot hiérarchie n’est pas dans leur dictionnaire. Or l’humilité est la première qualité d’un tueur de géant. L’orgueil disqualifie toujours !

David nous enseigne aussi une puissante leçon de sagesse. Sur le champ de bataille, à la rencontre de ses frères, David nous enseigne la sagesse de se détourner des gens qui nous en veulent. Éliab son grand frère, sans doute jaloux, va s’emporter contre David avec véhémence et l’incendier par ses paroles de mort. David ne va pas prendre garde à cette méchanceté ouverte et violente. Il va se détourner et ne pas perdre de temps ni d’énergie avec le faux combat des luttes fratricides. La clé de la sagesse consiste à ne pas perdre ses forces dans des combats vains et stériles au détriment du combat contre Goliath qui allait changer radicalement toute sa vie.

Que de temps perdu et d’énergie à chercher à avoir raison parfois. Les combats contre la chair et le sang sont toujours « énergivores ». Veillons avec grand soin sur notre cœur et soyons sages. Ne combattons pas contre les « Eliab » de la jalousie et gardons nos forces pour nous mesurer au « Goliath » de notre destinée. Certains combats nous éloignent de notre destinée mais d’autres nous en rapprochent.

Pasteur Yvan Cassar