« Heureux l’homme qui supporte patiemment la tentation, car après avoir été éprouvé, il recevra la couronne de vie, que le Seigneur a promise à ceux qui l’aiment » (Jacques 1.12).

La tentation étant ni plus ni moins l’incitation à pécher, nous avons donc tous besoin de persévérance dans et face à la tentation. Même si Satan le Tentateur par excellence cherche constamment à nous pousser au mal, que le monde et son esprit nous attire vers tout ce qui peut nous éloigner de Dieu, la source la plus redoutable de tentation est notre propre chair avec ses désirs contraires à ceux de l’Esprit : « Chacun est tenté quand il est attiré et amorcé par sa propre convoitise » (Jacques 1.14).

Si le Seigneur ne permet jamais que nous soyons tentés au-delà de nos forces, et s’il prépare le moyen de sortir de la tentation afin que nous puissions la supporter (1 Corinthiens 10.13), il n’en faut pas moins persévéré dans ce domaine.

« L’heure de la tentation » est toujours d’actualité et notre nature est si faible pour y faire face avec nos propres forces. « Veillez et priez, afin de ne pas tomber en tentation ; l’esprit est bien disposé, mais la chair est faible », déclare et recommande Jésus à ses disciples endormis à ses côtés dans le jardin de Gethsémané (Marc 14.38). Trois années auparavant, dans la prière du Notre Père, il avait inclus ceci : « ne nous induis pas en tentation, mais délivre-nous du malin » (Matthieu 6.13).

L’heure de la tentation va venir sur le monde entier, avertit le Seigneur dans le livre de l’Apocalypse, avec cette promesse faite à l’église de Philadelphie : « Parce que tu as gardé la parole de la persévérance en moi, je te garderai aussi à l’heure de la tentation qui va venir sur le monde entier, pour éprouver les habitants de la terre. Je viens bientôt. Retiens ce que tu as, afin que personne ne prenne ta couronne » (Apocalypse 3 : 10 – 11).

La meilleure façon de persévérer dans la tentation, c’est de garder la parole de Dieu et de Jésus, de veiller et prier, et de croire que Christ lui-même, ayant été tenté dans ce qu’il a souffert, peut nous secourir dans notre faiblesse (Hébreux 2.18). Alors, nous pouvons être sûrs qu’il nous aide à persévérer.

Jean-Jacques TREZERES