[Ecclésiaste 3:11]

Nous savons que le temps de Dieu n’est souvent pas le nôtre. Mais ce qui est sûr, c’est que ce que le Seigneur promet, il le fera toujours en son temps. Parfois l’attente peut sembler longue mais notre Dieu est fidèle et nous devons lui faire confiance. Lorsque nous considérons la manière dont notre Dieu a fait la création, nous constatons que le Seigneur a pris le temps pour créer toute chose. Actuellement nous vivons le temps du confinement mais bientôt viendra le temps de la sortie et de la reprise des activités. Sachons apprécier et tirer profit, pour notre foi, de toutes les époques, même des périodes qui semblent « hivernales ».

Le temps du confinement est un temps pour revenir à l’essentiel et pour chercher davantage le Seigneur (Amos 5:4). Même si, sous certains aspects, le confinement est une contrainte, il n’en est pas moins vrai que ce temps que nous avons à notre disposition peut être mis à profit pour Dieu. Durant cette période si particulière, notre organisation est différente: nous avons plus de  temps pour réfléchir et méditer la Parole de Dieu, dans la communion et l’intimité avec notre divin Père. Nous sommes plus souvent face à nous-mêmes et moins perturbés par les bruits et les agitations de ce monde. De ce fait, nous pouvons être encore plus à l’écoute de la voix de Dieu et de ses désirs pour nos vies. Je dirais donc, ne gaspillons pas cette saison de confinement avec le Seigneur et laissons-le nous parler coeur à coeur. Dieu a toujours mis à part son peuple et ses serviteurs, avant de les envoyer en mission (Marc 3:14).

Le temps du dé-confinement et de la sortie viendra. Ce sera le temps des retrouvailles, où nous apprécierons tout à nouveau de revoir les amis, les frères et sœurs et les collègues de travail (Actes 28:15). Le temps des retrouvailles est toujours un temps de joie et de bonheur. L’Ecriture Sainte évoque certaines retrouvailles mémorables. On se rappelle celles du fils prodigue avec son Père (Luc 15:20). Ce fut un temps d’allégresse autour d’un grand repas festif. Tout le monde s’est retrouvé sauf le fils aîné qui, lui, n’a pas compris que le père en fasse autant pour son frère qui avait vécu dans le désordre et la désobéissance. La religion aura toujours du mal à comprendre et à accepter le message de la grâce. La Bible nous parle également des retrouvailles célestes que nous fêterons aussi tous ensemble, lorsque nous nous rassemblerons à nouveau pour célébrer l’Agneau de Dieu qui ôte les péchés du monde (Apocalypse 19:7). En tous les cas, bientôt nous serons tous réunis lors de nos rassemblements spirituels et ce sera une joie de célébrer le Seigneur, tous ensemble,  pour devenir meilleurs (1 Corinthiens 11:17).

Enfin le temps de la reprise des activités sera aussi bientôt là. Comme l’été après l’hiver, pour les plus actifs, ce temps sera particulièrement apprécié. Nous pourrons bientôt servir le Seigneur dans notre ministère, en appréciant peut-être encore plus ce temps au service du Maître (Actes 13:2). Nous le ferons aussi d’autant mieux que nous aurons pris le temps d’aiguiser la hache de notre don et de notre talent, au service de la prière. Il y a un temps pour prier et un temps pour agir. Dans les Evangiles, nous voyons Jésus sur la montagne de la transfiguration, vivant des temps de gloire avec ses disciples, mais nous le voyons aussi redescendre dans la vallée des réalités (Matthieu 17:9). En effet il y a dans ce monde tellement de gens qui souffrent et qui se débattent, enchaînés par les démons du mal et du péché. Il nous faudra aller vers eux, avec le beau message de l’amour de Dieu, revêtus de la puissance du Seigneur et de son bon Esprit. Notre mission va bientôt reprendre (même si elle ne s’est jamais vraiment arrêtée) car il y a un temps aussi pour aller vers nos semblables. Avec la grâce de Dieu, nous ne manquerons pas ce temps !

Pasteur Yvan Cassar