[Psaumes 113:7]

Il peut arriver de tomber bien bas. Les travers et les déboires de la vie ne manquent pas. Nous pouvons, si nous ne veillons pas, nous laisser entraîner dans bien de « jolis » filets. Les séductions du tentateur sont innombrables. Elles se présentent avec un visage d’ange mais, derrière, se cachent les affres de la méchanceté et de la mort. Satan a vite fait de fondre sur sa proie lorsque celle-ci faiblit un peu. Les cendres de la joie et le fumier de la descente aux enfers sont le lot de ceux qui ne veillent pas sur leur coeur. Quelqu’un dira « je suis fidèle à Dieu et pourtant ma vie est un « enfer ». Je me sens complètement écrasé et laminé par les épreuves. » Effectivement la souffrance et les échecs ne sont pas le lot uniquement des « sans Dieu ». On peut très bien aussi être un croyant très attaché à la Parole de Dieu et connaître des moments difficiles. Mais Dieu est aussi le Dieu de l’élévation…

Vous êtes dans le fumier de l’abattement mais Dieu relève du découragement (2 Corinthiens 4:9). Votre vie semble s’essouffler. Chaque foulée pour continuer la course de la vie vous coûte. Votre pas est lourd et il vous semble que vous vous enfoncez toujours plus dans la lassitude et le découragement. Votre coeur est serré et vos forces intérieures ont disparu. Le courage n’est plus qu’un vieux souvenir. Eh bien sachez que Dieu peut vous relever des cendres et du fumier du découragement. Même si les forces vous ont quittés, elles peuvent revenir. Dieu relève toujours ses enfants découragés et abattus. Comment, me direz-vous ? Il n’y a pas de recette magique. Il suffit tout simplement de faire confiance à Dieu et de s’attendre à Lui. L’expérience des hommes et des femmes de la Bible nous montre que Dieu peut ranimer le courage du plus bas tombé. Elie était profondément découragé. Il semblait « cassé » à l’intérieur. Son coeur était totalement brisé. Il n’avait plus la force d’avancer. Il en était réduit à se cacher dans une caverne. Mais Dieu va prendre soin de son serviteur esseulé. Il va lui parler avec amour et le visiter avec douceur, pour le faire sortir de ses pensées sombres de découragement. Elie a été guéri de ses plaies intérieures et Dieu l’a fait asseoir à nouveau dans une position de foi et de victoire.

Vous êtes dans le fumier du murmure et de la plainte mais Dieu change notre façon de parler (Habakuk 2:1b). Votre vie est un disque rayé. Vous ressassez toujours les mêmes griefs. Vous avez le sentiment que chaque matin votre châtiment est là (Psaumes 73:14). Vous n’aimez pas votre vie. Vous regardez autour de vous et tout vous semble gris. Votre vie est en noir et blanc. Il n’y a plus de couleur et de saveur. Vous n’avez plus goût à rien. Lorsque vous ouvrez la bouche, c’est pour vous plaindre, vous lamenter et critiquer vos semblables. Vous trouvez que la vie serait tellement meilleure ailleurs, sous d’autres cieux et dans une autre peau. Vous êtes insatisfaits et mécontents. Vous êtes même dégoûtés au fond de votre coeur de la vie que vous menez. Les gens qui vous entourent ne vous intéressent plus… Même les choses spirituelles ne vous nourrissent plus… Que se passe-t-il ? Vous n’êtes plus focalisés sur la bonne chose. En regardant à Dieu et aux choses d’en-haut, vous serez heureux. Puisez en Dieu et il vous relèvera des cendres et des murmures. Ne soyez pas comme les Hébreux qui passaient leur temps à se plaindre et qui furent victimes de leur doute et de leur rébellion… Sachez voir les belles choses et les belles personnes qui vous entourent !

Vous êtes dans le fumier de l’esclavage mais Dieu libère ses enfants (Romains 8:1). Votre vie vous semble asservie par une force qui vous dépasse. Vous aimeriez être différents mais il vous semble que des chaînes invisibles vous entravent. Votre volonté semble anéantie et impuissante. Vous savez ce qui est bien mais vous êtes devenus incapables de le réaliser. Votre coeur n’a plus l’énergie et les ressources pour accomplir ce qui vous semble juste. Vous savez qu’il ne faut pas se mettre en colère et dire de vilaines choses mais c’est plus fort que vous… Vous savez que cette relation avec cette personne ne vous mènera nulle part mais vous n’arrivez pas à vous en séparer… Vous savez que regarder ces images impures vous détruit mais malgré tout vous le faites quand même… Mais nous savons que l’Evangile est la clé qui ouvre toutes les prisons morales et spirituelles. Jésus est venu libérer les captifs. La seule chose que Dieu nous demande, c’est de reconnaître nos liens. La repentance est la voie de la liberté. Comme le fils prodigue, nous pouvons revenir à tout moment pour recevoir le pardon de notre Père. Dieu nous attend pour que nous Lui confessions nos liens. L’ennemi n’a plus de droit sur notre âme dès lors que nous faisons appel au Seigneur. Ne restons pas une seconde de plus dans la prison du péché mais allons à Jésus et il nous délivrera avec puissance !

Pasteur Yvan Cassar