[Psaumes 73:28]

Asaph était un chantre apprécié, au temps du roi David. C’était un homme qui aimait Dieu mais qui pour autant, à un moment de sa vie, va connaître une crise spirituelle profonde. Il était prêt à tout remettre en question et à se détourner de Dieu (Psaumes 73:13). Il dira que son pied allait fléchir. La chute morale et spirituelle n’était pas loin. Il y a des choses qu’il n’arrivait pas à saisir avec son intelligence. Il ne comprenait pas les injustices de la vie. Il se disait: « comment cela se fait-il que les justes souffrent et que les méchants prospèrent ? ». Mais nous savons qu’à un moment de sa vie, quelque chose en lui va se passer et qu’il va sortir de la crise…

Tout d’abord ce que cet homme a vécu, nous pouvons tous potentiellement le vivre, un jour ou l’autre (Psaumes 73:2). Les plus spirituels et les plus engagés peuvent vivre des temps d’abattement et de découragement. En langage d’aviation, on appelle cela des trous d’air ! A certains moments, nous pouvons tous, les uns et les autres, avoir la tentation de baisser les bras et de se dire: « à quoi ça sert d’être fidèle à Dieu? ». Cela est arrivé, par exemple, au prophète Elie qui était pourtant un géant dans la foi. Sur une simple parole de Jézabel, il va s’enfuir et démissionner de son mandat de prophète de l’Eternel. Mais heureusement notre Dieu, qui est plein de compassion et qui sait que nous sommes fragiles, ne nous laisse pas tomber dans les moments de crise et de solitude. L’apôtre Paul ira jusqu’à dire qu’il désespérait même de conserver la vie (2 Corinthiens 1:8). Nous ne devons donc pas nous croire intouchables et invulnérables. Avec beaucoup d’humilité, David disait : « Que je sache combien je suis fragile » (Psaumes 39:5).

Ensuite il est important de noter qu’Asaph va réagir et entrer dans une nouvelle dimension de proximité avec Dieu (Psaumes 73:17). Il va pénétrer le lieu de la Présence de Dieu. Il va redécouvrir la beauté et la richesse du sanctuaire de Dieu. Il va entrer dans ce qui s’appelle aussi le lieu très saint. Nous savons, par l’enseignement des écrits, que le tabernacle (le sanctuaire de Dieu) était composé de trois parties : le parvis, le lieu saint et le lieu très saint. C’était dans le lieu très saint que l’on rencontrait Dieu. Aujourd’hui, par la venue de Jésus, nous avons un libre accès dans le lieu très saint. La route est ouverte et nous pouvons trouver Dieu, en nous approchant de lui, par la foi en Jésus son Fils unique. Il est le sacrifice parfait qui nous ouvre la voie. Notre intimité avec Dieu est rendue tout à fait possible si nous savons, chaque jour, nous venir dans Sa présence, avec confiance. Dieu n’est pas loin et la parole de Dieu est aussi près de nous, dans notre coeur et notre bouche (Romains 10:8). Approchons-nous donc du Seigneur et toutes nous inquiétudes  disparaîtront !

Enfin Asaph a pris l’engagement de faire du Seigneur son partage et le centre de sa vie, jusqu’à la fin de ses jours (Psaumes 73:26). Il est important d’être déterminé à ne pas nous éloigner de Dieu. Car il y aura toujours des vents contraires qui chercheront à nous faire dévier de nos objectifs divins. La vie n’est pas toujours facile et il existe bien des écueils ici-bas. Seuls ceux qui ont renoncé au plaisir de ce monde pourront vraiment être trouvés fidèles et debouts jusqu’à la fin (Psaumes 73:25). Ayons confiance en ce que le Seigneur saura honorer nos résolutions à lui rester fidèles. Le livre de Job dit : « À tes résolutions répondra le succès; sur tes sentiers brillera la lumière » (Job 22:28). Restons fermement attachés au Seigneur car les plaisirs sont trompeurs et  ils ne pourront jamais vraiment satisfaire notre coeur. Seul le Seigneur peut combler parfaitement nos attentes et nous remplir de bonheur, de joie, même dans les temps d’épreuve et d’exil spirituel.

Avec vous dans ces temps d’épreuves, pour ne jamais cesser de chercher la face bénie de notre Dieu, en Jésus Christ !

Pasteur Yvan Cassar