[Romains 8:37]

Quand Paul déclare être plus que vainqueur, il n’est pas encore sorti de l’épreuve. Il est au coeur de l’orage et de la souffrance. Pourtant son état d’esprit est au beau fixe. C’est un homme qui a appris le secret du contentement. Il n’est pas intéressé dans sa relation avec Dieu, il n’aime pas Dieu pour les bénédictions, la protection et la provision. Il aime Dieu tout simplement. Sa paix et sa joie ne dépendent plus des circonstances. Il a appris à trouver uniquement en Dieu toute sa satisfaction et son bonheur. Il mesure parfaitement la vanité des choses de la terre. Son coeur n’est plus tourné vers ce monde mais seulement vers son Dieu. Il est passionné de Dieu et de son œuvre. Une seule chose compte pour lui : servir les intérêts du royaume de Dieu. Ses dispositions de coeur ne dépendent pas de sa situation terrestre mais de sa position céleste. Ce chapitre 8 de l’épître aux Romains nous montre les secrets de la victoire…

La vie de victoire vient de l’Esprit Saint (Romains 8:9). Le Saint-Esprit est la source de toute victoire. La présence de Dieu dans la vie du croyant est sa force. Le Saint-Esprit dirige les enfants de Dieu et leur donne les directives utiles et nécessaires en toutes circonstances. Le Saint-Esprit est vraiment le meilleur ami des enfants de Dieu. Il n’est pas uniquement une force mais avant tout une personne sainte et bienveillante. Il est donc nécessaire d’être conscient de sa présence et de lui porter une attention toute particulière. Tout au long de nos jours, il souhaite nous aider et nous donner du discernement pour éviter les pièges de l’adversaire. Il est à nos côtés mais aussi en nous. Il est important d’être continuellement en train d’être remplis de sa Présence. Nous devons veiller aussi à ne pas l’attrister pour ne pas bloquer son action et ses manifestations dans nos vies et au travers de nos vies. Lorsque le Saint-Esprit est à l’aise dans notre coeur, des choses inouïes peuvent se produire. Et lorsque l’ennemi de nos âmes viendra nous attaquer, c’est l’Esprit de Dieu qui le mettra en fuite (Esaïe 59:19b). N’essayons pas de mener une vie chrétienne victorieuse par nos propres forces. Il suffit de vivre dans une étroite communion avec le Saint-Esprit et nous serons plus que vainqueurs tout au long du jour.

La victoire vient aussi d’une vie de prière renouvelée (Romains 8:26). Le Saint-Esprit nous aide dans nos temps de prière pour faire des requêtes qui sont conduites selon la volonté de Dieu. Il n’est pas toujours facile de prier. Notre chair ne sera jamais bien disposée à exécuter cette sainte tâche. Il faut donc la crucifier et prendre autorité sur tout ce qui voudrait nous empêcher de nous approcher du trône de la grâce. La prière est la clé de nos victoires personnelles et collectives. Nous verrons la main de Dieu agir si nous savons intercéder dans l’Esprit. Dans les difficultés, la prière sera toujours d’un grand secours pour nous rendre vainqueurs. C’est la prière du coeur qui fera toujours la différence. Il faut faire attention de ne pas tomber dans un professionnalisme froid et sans vie. Dieu n’agrée pas les prières religieuses. Il n’aime que les prières du coeur. Dieu n’est pas un distributeur de bénédictions. Il est un Père qui désire une relation vraie avec ses enfants. Les automatismes et les techniques de prière n’ont aucune valeur réelle. Il faut donc mettre du coeur dans nos prières. Dieu cherche des hommes et des femmes qui se lèveront pour intercéder comme Abraham pour Sodome et le prophète Daniel pour Israël en leur temps. Dieu se plaît à exaucer nos prières au-delà de nos attentes, pour nous rendre toujours plus que vainqueurs !

La victoire vient enfin de notre foi en Dieu. Ce chapitre respire la foi (Romains 8:11). Même si nous n’y trouvons pas le mot, il n’en est pas moins vrai que l’apôtre en est rempli. Il est plein de confiance en Dieu et en l’avenir. Pour lui, même la mort n’est plus un problème. Il surfe sur la vague de ses soucis et de ses difficultés. Il sait que Dieu est plus grand que tout. Ses yeux sont fixés non pas sur les difficultés passagères mais sur le Dieu éternel. Il sait que le Seigneur fera évoluer toutes choses pour son bien (Romains 8:28). Il regarde plus haut et plus loin. Il n’est pas emmuré dans le doute et la peur. Même si le ciel des circonstances est bouché, le ciel de sa communion avec Dieu est sans nuage et le soleil de la grâce à son zénith. Sa foi en Dieu est sa force. Un autre apôtre a dit : « la victoire qui triomphe… c’est notre foi » (1 Jean 5:4). La foi victorieuse se nourrit bien entendu des Paroles de Dieu, chaque jour. La bouche de Dieu, c’est avant tout notre Bible. Nous pouvons y puiser à chaque instant de la nourriture spirituelle. Pour entrer dans le pays de la réalisation des promesses de Dieu, nous avons besoin d’avoir dans nos coeurs la foi victorieuse de Josué et Caleb. Rien ne pourra nous empêcher d’avancer… le temps, les géants et les montagnes d’obstacles seront sous nos pieds, si nous osons faire confiance au Tout-Puissant. Avec Dieu nous ferons des exploits !

Pasteur Yvan Cassar