Nous aurons tous, dans le courant de notre passage ici-bas, besoin de prendre courage pour continuer le chemin de la vie. Le découragement n’est pas le lot uniquement des « faibles » mais de tous. La Parole de Dieu nous dit que des géants spirituels comme le roi David et l’apôtre Paul ont eu besoin de reprendre courage dans certaines saisons de leur existence (1 Samuel 30v6b; Actes 28v15b).

Dans les moments d’épreuves, sachons puiser aux sources divines l’encouragement qu’il nous faut.

La première source d’encouragement se trouve avant tout dans le pardon des péchés. Rien n’est plus encourageant que de se savoir pardonné par le Seigneur lui-même. Un jour, Jésus dira à un paralytique porté par quatre hommes : « Prends courage mon enfant tes péchés sont pardonnés » (Matthieu 9v2). Quelle joie cet homme a dû ressentir dans son esprit à ce moment là ! Le péché est décourageant et nous vide de l’intérieur de toute forme de vitalité morale et spirituelle. La grâce quant à elle est source de force et de joie continue. La délivrance de toute forme de captivité liée au péché et l’affranchissement d’une conscience chargée sont le plus grand cadeau d’encouragement que Dieu puisse offrir à un être humain. Le plus beau jour de la vie d’un homme est définitivement celui où il expérimente le don de la grâce de Dieu.

La seconde source d’encouragement se trouve dans le fait que Jésus guérit encore aujourd’hui toutes les maladies. Jésus a dit un jour à une femme malade : « Prends courage ma fille, ta foi t’a guérie » (Matthieu 9v22). Comme cette femme à la perte de sang, nombreux sont ceux qui ont repris courage, après avoir été guéris par le Maître au travers de sa Parole et de la puissance de son Esprit. Encore aujourd’hui le temps des miracles n’est pas passé. Car le Dieu des miracles ne change pas et il est toujours désireux d’intervenir en faveur de ceux qui souffrent dans leur corps. La guérison est une pure grâce au même titre que le pardon des péchés. Toutefois que faire lorsque quelqu’un que nous aimons n’est pas guéri par le Seigneur ? Paul dira : « j’ai laissé Trophime malade à Millet » (2 Timothée 4v20). Cela signifie que Dieu, au-delà de nos raisonnements, reste souverain et a un plan différent pour chacun. Dans tous les cas, il ne faut jamais juger quelqu’un de malade mais toujours faire preuve de compassion envers lui.

La troisième source d’encouragement est la communion avec Dieu et avec l’église locale. Trop de bien-aimés, après avoir été bénis par le Seigneur, retombent dans le découragement parce qu’ils n’ont pas su cultiver leur communion avec Dieu et avec l’église locale. Les temps de mise à part dans le lieu secret chez nous et dans la maison de Dieu sont les sources de réconforts prévues par le Seigneur pour les pèlerins et voyageurs que nous sommes sur cette terre. Un chrétien qui néglige sa vie de prière et la méditation de la Parole de Dieu ainsi que son église locale sera tôt ou tard en proie au désarroi spirituel et au découragement moral. Nous ne pouvons pas nous priver des éléments-clés pour une vie épanouie prévus par le créateur et penser que le courage sera toujours au rendez-vous. Même si certains disent que l’on peut être un chrétien authentique et vivre l’église de façon sporadique et épisodique, il ne semble pas que 2000 ans de christianisme en soit le témoignage et encore moins le témoignage de la Parole de Dieu (Actes 2v42,v46).

Soyez encouragés pour 2020 et surtout ne vous privez pas des sources d’encouragements qui sont en Dieu.

Pasteur Yvan CASSAR