Dieu, avant de réaliser des œuvres au travers de nous, doit faire au préalable un travail en nous (Hébreux 13.12). Ce travail consiste à créer la foi et une confiance inébranlable. Si nous pouvons voir avec les yeux de la foi, à l’avance, les choses que nous désirons, alors elles seront potentiellement réalisables ! C’est le principe de la « femme enceinte » ! Il est impossible de donner naissance à quelque chose qui n’a pas été conçu à l’intérieur ! L’enfantement est le résultat d’un processus de vie qui s’est manifesté en nous, avant qu’il se manifeste au travers de nous.

Le combat de la foi qui donne naissance à des œuvres consiste à ne pas laisser le doute s’immiscer en nous. Pour cela nous devons fermer nos oreilles aux paroles de mensonge de l’ennemi de nos âmes qui cherche à faire avorter les œuvres de Dieu, en suscitant dans notre cœur l’incrédulité.

Si tu peux le croire, tu peux le faire ! A l’inverse si tu ne peux pas le croire, tu ne pourras pas le faire ! Pierre a marché sur l’eau tant que la foi était dans son cœur ! Dès l’instant où le doute est entré en lui, il n’a plus pu marcher dans le surnaturel. Il est à noter le lien étroit qu’il existe entre notre foi et nos cinq sens. Dans ce texte de Pierre marchant sur les eaux, c’est ce qu’il a vu qui a eu une emprise fatale sur sa marche par la foi (Matthieu 14.30). Ne regardons qu’au Seigneur et ainsi notre foi pourra se maintenir dans le triomphe de la vie surnaturelle !

Quel que soit ton rêve, si tu peux le croire, tu pourras le faire… si tu crois, tu pourras guérir ; si tu crois, tu pourras trouver un emploi ; si tu crois, tu pourras fonder un foyer ; si tu crois, tes enfants seront disciples de l’Eternel ; si tu crois (…) Inscris ton miracle dans ces parenthèses et tu le verras s’accomplir ! Que se passe-t-il quand les choses ne se déroulent pas comme prévu ? Faisons toujours confiance au Seigneur, avec persévérance, en soumettant notre réflexion à la sagesse infinie de notre Dieu qui fait concourir toute chose à notre bien…

L’attente peut être longue mais la finalité, avec Dieu dans l’équation, est toujours glorieuse !

Pasteur Yvan Cassar