[Matthieu 21:16]

« Ceux qui précédaient et ceux qui suivaient Jésus criaient : Hosanna ! Béni soit celui qui vient au nom du Seigneur ! Béni soit le Roi qui vient, le règne de David, notre Père ! Hosanna dans les lieux très hauts ! » (Marc 11 : 9-10).

« Des enfants criaient dans le temple : Hosanna au Fils de David ! » (Mat.21.15).

Dans l’Ancien Testament, nous trouvons une seule fois Hosanna dans le Psaume 118.25, tel un cri de détresse, un appel à l’aide dans le langage du peuple hébreu (« de grâce, sauve »),

Dans le Nouveau Testament, ce n’est plus un appel au secours, mais une exclamation de joie, un cri d’enthousiasme, une expression de bienvenue : « Hourra pour le roi ! Hosanna au Fils de David ! ».

Même si la foule qui criait Hosanna ne comprenait pas le message que Jésus voulait leur communiquer, concernant sa venue dans le monde et le Royaume de Dieu dans les cœurs, Jésus met en exergue ce cri de joie et de victoire sorti de la bouche des enfants dans le temple même. Ainsi, face à l’indignation des principaux sacrificateurs et des scribes, voici ce qu’il dit, citant les mots du Psaume 8, verset 2 : « N’avez-vous jamais lu ces paroles : Tu as tiré des louanges de la bouche des enfants et de ceux qui sont à la mamelle ? » (Mat.21.16).

Alors tout comme eux, avec un cœur pur et un esprit bien disposé, nous qui sommes sauvés par le sacrifice de l’Agneau de Dieu, son Fils bien-aimé, et nous qui sommes le temple du Saint-Esprit, laissons jaillir de tout notre être des cris de joie, des chants de louange et d’adoration jusque dans les lieux très hauts. « Le septième ange sonna de la trompette. Et il y eut dans le ciel de fortes voix qui disaient : le Royaume du monde est remis à notre Seigneur et à son Christ ; et il règnera aux siècles des siècles » (Apocalypse 11.15).

Alléluia, dans l’attente de notre Roi qui vient bientôt nous chercher pour régner avec lui, crions et chantons avec joie: Hosanna !

Jean-Jacques TREZERES